Vers Barra

Entre pas de vent et grand largue, entre grand beau et franchement dégoutant…

Nous récupérons Filou à Belfast, faisons les pleins d’eau, prenons une douche et avalons un giga Fish and Chips (plus jamais ça…). Départ imminent pour la dernière partie du voyage qui nous amènera au sud des Hébrides Extérieures.

Barra nous voilà!
Nous partons au moteur avec le courant pour passer le Mull of Kintyre en laissant l’île d’Arran sur notre droite. Nous glissons sur une mer lisse dans un couché de soleil teintant l’environnement de violets, oranges et jaunes criards.
Les jeunes guillemots sont de sortie et peinent à suivre leurs parents qui tentent d’échapper au bateau, ça mériterait bien un petit dessin… Les petits crient après leurs parents qui EUX savent plonger… cocasse.
20h plus tard nous digérons toujours notre fish and chips lorsque nous approchons des îles. Enfin, nous supposons que nous approchons car elles restent invisibles dans la brume et le crachin qui s’est levé avec le vent. Nous ajoutons progressivement un bon nombre de couches de vêtements pour compléter le tout avec le ciré intégral et les bottes en caoutchouc. On l’a cherché… Je ne regrette pas d’avoir tenté un rajeunissement de ma veste et de ma salopette de quart, lavage et utilisation de produits imperméabilisants, changement d’un bon nombre de coutures étanches etc. Ça a l’air de fonctionner pour l’instant, une belle économie.
Nous ancrons deux fois de suite dans l’immense baie de Vatersay, la première tentative s’est soldée d’un ramassage d’algues très efficace mais inutile. Nous n’avons pas encore assez faim pour vouloir nous nourrir de grandes laminaires.
Dans cette grisaille humide un seul remède reste efficace: mettre le poêle en route, sortir le whisky et aller se coucher en croisant les doigts pour que les sommets se dégagent au moins une fois dans les mois qui suivent…

Fermer le menu
×
×

Panier