Cirrus | Rencontre avec les oiseaux migrateurs:
331
post-template-default,single,single-post,postid-331,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
BD des réactions des macareux trop mignons

Rencontre avec les oiseaux migrateurs:

BD des réactions des macareux trop mignonsDepuis le 29 juillet (jour de notre position la plus nordique de l’été: 70°06’00N 18°55’30E) Cirrus accompagne les oiseaux de mer dans la fuite vers des eaux moins fraîches. Dans les « sund » (passages entre les îles) les macareux se rassemblent pour quitter la région. Les nuits s’allongent, un brouillard épais et venteux s’installe de plus en plus fréquemment noyant les paysages et l’eau dans un uniforme humide et gris (on a faillit se manger plus d’une installation aquacole).Il est temps. Demi tour!

Les oiseaux recroisent notre sillage, mais en groupes de plus en plus restreints. Curieux et paniqués, les macareux sont souvent accompagnés des crédules guillemots à miroir avec leurs pattes rouges et des indissociables goélands,mouettes en tous genres.

En montant ici nous nous étions arrêté à Lovund, île/rocher de 600 m de haut où des colonies de ces « Atlantic puffins » (les fameux macareux moines) viennent nicher tous les ans exactement à la même période. A une certaine époque ces volatiles étaient à peine arrivés qu’ils faisaient les frais des gourmets de l’île mais aujourd’hui, comme partout il sont protégés. Pour plus d’infos sur ces bestioles adorables c’est par ici: Fratercula Artica.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.