Cirrus | Ça sent Le Havre!
342
post-template-default,single,single-post,postid-342,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
Éoliennes en mer

Ça sent Le Havre!

De Fedje a Peterhead en UKEt voilà… la semaine dernière nous avons quitté les côtes Norvégiennes pour l’Ecosse. Nous avons troqués les villages calmes, rouges, jaunes dans des contrées sauvages contre les villes industrielles et embrumées. 1 mois a avaler les miles, difficile de digérer les longues distances parcourues dans des calmes plats annoncés et les havres sans vents créés par les nombreuses îles entre lesquelles on se fraye un chemin. Pour nos amis de Bulle cette descente aura ressemblé a une longue glissade sous spi, mais pour Cirrus parti plus tard c’est le cache- cache avec la météo.

Éoliennes en mer

Nous louvoyons (au moteur la plupart du temps je l’avoue!) entre les éoliennes et la côte pas toujours très belle… voire même carrément vilaine. Usines, industries, cheminées et fumées gâchent un peu le plaisir de cette route du retour.

Jolie escale en Angleterre côte est

Mais pour compenser les escales sont très chouettes, dans de belles villes vivantes. Stations balnéaires d’un autre siècle mais toujours actives. Entre la joie de retrouver les burgers, pintes et autres nourritures gastronomiques nous traînons entre les casinos et fêtes foraines.

« Comment ça c’est un peu un truc de beauf? »

Nous sommes plutôt contents de pouvoir acheter des revues et journaux! Nous n’avions pas pensé que le Norvégien serait illisible pour nous. Après avoir testé plusieurs fois le déchiffrage de « Cosmopolitan »(seul magazine qui nous semblait compréhensible puisqu’on peut en deviner le contenu par avance!) nous avions laissé tombé.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.